Les pires factions de l’AEW à éviter à tout prix

Photo of author

Par David Marques

A l’attaque des pires factions de l’AEW de tous les temps

Depuis ses débuts, All Elite Wrestling mise sur l’importance des factions au sein de l’entreprise. Des alliances comme The Elite, The Inner Circle et The Blackpool Combat Club ont contribué au succès de la société. Lorsque les bons talents sont impliqués, la création d’une faction peut être l’une des meilleures décisions pour propulser les lutteurs.

Les échecs des factions

Malheureusement, pour chaque faction à succès créée par la société, il y en a eu autant qui ont échoué dès le début. Que ce soit en raison du mauvais choix de talents, d’intrigues compliquées ou d’une incapacité à agir en groupe, de nombreuses factions n’ont pas réussi dans l’entreprise.

Le Hardy Family Office : une idée qui n’a pas décollé

Malgré le statut légendaire de Matt Hardy dans la division par équipe, le Hardy Family Office n’a jamais vraiment pris son envol. L’idée d’acheter des contrats de lutteurs pour les intégrer à son groupe n’a pas convaincu les fans.

Le cauchemar de la Nightmare Collective

Lancée par Brandi Rhodes, la Nightmare Collective a laissé les fans perplexes. L’orientation sombre du personnage sans explication claire a été un échec pour la société.

Les Trustbusters : un manque de stars

Regrouper des lutteurs de bas de carte dans une faction peut parfois être bénéfique pour leur progression. Cependant, cela peut être difficile pour les fans de s’investir dans une idée de groupe lorsque les membres ne les intéressent pas.

La Firm : un succès éphémère

La Firm a eu un impact important en aidant MJF à obtenir une opportunité de titre, mais le groupe s’est rapidement dissocié sans avoir réalisé grand-chose.

American Top Team : une alliance controversée

L’association avec American Top Team, bien que prometteuse sur le papier, a été mal accueillie par les fans en raison du manque d’expérience des lutteurs.

Source : www.thesportster.com