Menu Fermer

Tyson Kidd tente d'obtenir une autorisation médicale pour le match contre Royal Rumble, son rôle dans la WWE, plus


TJ Willson, anciennement connu sous le nom de Tyson Kidd depuis ses débuts dans le ring à la WWE, a récemment rejoint Spencer Love sur le podcast Conversations With Love pour discuter d'une grande variété de sujets, y compris sa formation au Hart Dungeon, avec le Stampede Wrestling , la promotion des Matrats, son rôle de producteur à la WWE, ses sentiments sur la lutte professionnelle étant appelé «faux» et si le retour d'Edge l'a inspiré à tenter un retour sur le ring.

Ce qui suit nous a été envoyé:

WCSN: http://wincolumnsports.ca/conversations-with-love-76-tj-wilson-tyson-kidd/

Podbean: https://www.podbean.com/eu/pb-g333q-db9204

iTunes: https://podcasts.apple.com/ca/podcast/the-win-column-sports-network/id962607803?i=1000475173611

Veuillez créditer Spencer Love du WCSN pour toutes les transcriptions utilisées.

Rester sain d'esprit pendant COVID19:

TJ Wilson: "Oui, vous savez, c'est définitivement – nous traversons certainement une période intéressante qu'aucun de nous n'a jamais connue. Heureusement, pour moi, un grand point de vente fonctionne, alors j'ai transformé mon garage en salle de sport, et j'ai pu – l'une des rares choses qui s'est poursuivie pendant toute cette pandémie a été RAW et Smackdown, donc j'ai ai travaillé. Donc, au moins, cela me garde sain d'esprit, et toute autre personne capable de travailler, c'est génial pour eux et ceux qui ne le sont pas, je me sens si mal parce que ça doit être fou. J'ai des membres de la famille qui n'étaient pas en mesure de travailler pendant cela, et ce sont des moments difficiles. Tres difficile."

Sur le rôle d'un producteur dans la lutte professionnelle:

TJ: "Donc, le rôle d'un producteur est de regarder le spectacle, de donner notre avis sur ce que nous voyons, et ce sera avant la réunion de production. Ensuite, nous sommes en quelque sorte assignés à nos matchs et à nos segments, puis nous – j'aime aller collaborer avec talent, et nous montons ce que nous voyons à la télévision tous les lundis et vendredis. C'est un travail d'équipe avec tout le monde. Avec le talent, avec les producteurs, avec les scénaristes, tout le monde. C'est donc une atmosphère cool que j'aime dans les coulisses. "

Comment son rôle a changé avec la pandémie de COVID-19:

TJ: «Cela a définitivement changé beaucoup de choses. La lutte, à la base, concerne la participation des fans et du public et l'interaction des fans en direct dans cette arène. Vivre dans cette salle de bingo, vivre dans ce gymnase, quoi que ce soit, mec, j'ai lutté dans chacun d'eux. C'est définitivement une chose intéressante de ne pas avoir ce public là-bas, mais en ce moment, nous ne sommes pas en mesure de le faire. Donc, les options sont que nous n'avons tout simplement pas de spectacles, ou nous en avons et il n'y a pas de base de fans présents en direct dans le stade, la foule. Mais c'est définitivement différent, c'est vraiment différent. "

TJ: «En termes de changement de mon rôle, pas vraiment, parce que je pense que notre talent, et je ne dis pas seulement cela, le talent avec lequel je travaille est si bon que je n'ai pas à – je dois juste taper de leur rappeler comme "hé les gars, évidemment nous n'avons pas de foule ici, donc il y a une tendance à peut-être faire les choses un peu plus vite, mais vous devez juste être les pros que vous êtes." Notre talent est juste de tels pros à travers le conseil d'administration que cela n'a pas été un problème pour moi. "

À propos de sa promotion dans sa ville natale, Stampede Wrestling:

TJ: «C'est exactement ça. C’est exactement ça. C'était très intéressant que – donc, j'adorais la lutte. J'aimais vraiment la lutte, je vais reprendre ça, j'aimais vraiment la lutte quand j'étais jeune, mais je n'étais pas – mon cousin me l'a montré, puis j'ai voulu imiter certains des mouvements de mes sœurs, et puis la lutte a été interdite dans ma maison à un très jeune âge. Avance rapide de quelques années, et je vais à l'école avec Teddy Hart, et nous étions dans la même classe. Il ne cessait de m'inviter chez lui, qu'il appelait un gymnase, et quand vous êtes enfant, le seul gymnase que vous connaissez vraiment est comme un gymnase où vous faites du sport à l'école. Alors, finalement, je cède et je dis "okay, je vais venir", et je vais chez lui et il vivait dans un – son père possédait une salle de gym, BJ’s Gym. Il vivait, la famille vivait dans les quartiers au-dessus du gymnase. Donc, il vivait dans une salle de sport, ce qui était époustouflant à voir à cet âge. La prochaine chose que vous savez, je vais à Stu’s (Hart’s) pour le dîner du dimanche, et voici Bret Hart, et ici Owen Hart, et ici Davey Boy (Smith), et ici Jim Neidhart. C’est comme «quoi – quoi? Je vois ces gars à la télévision, que se passe-t-il? "Je me suis englouti dans tous les aspects, dans la lutte et dans la famille Hart.

TJ: «Je veux dire, pour lutter dans Stampede, et surtout cette année où Stampede Wrestling était de retour à la télévision en 1999-2000, c'était tellement cool parce que Stampede avait cessé ses activités en 1989, et maintenant ici nous dix ans plus tard, en 1999, le redémarrage de Stampede Wrestling TV. Des choses comme ça ont été des jalons très, très cool dans ma carrière. »

Faire partie d'un groupe de lutteurs aussi talentueux en Alberta à cette époque:

TJ: «J'ai essayé. J'essaie de vivre l'instant présent. C'est évidemment un peu – parfois nous ne voyons pas toujours exactement ce qui est devant nous et nous regardons toujours en avant. Et c'est nous tous, et j'en suis aussi coupable que quiconque. Mais, j'ai essayé de me plonger et de ralentir et d'apprécier ce qui était devant moi. Je me souviens, par exemple, vous avez évoqué Chucky, Michael Richard Blais et BVD, je me souviens avoir dit comme «  hey '' – donc, il y a eu une petite pause, puis le Stampede Wrestling a redémarré à l'automne 2005, et je me souviens avoir dit "Hé, je veux ces enfants que je m'entraîne, je les veux au bord du ring presque comme New Japan avec les Young Boys." J'allais à New Japan à ce moment-là, et je me disais: "Je les veux gentils de là-bas.

TJ: «Dans mon esprit, je savais, je pensais que je savais ce que je créais. J'ai fini par créer (une) chose bien plus grande que ce que j'avais négocié. »

SL: "Comme d'habitude, c'est ce qui doit arriver."

TJ: «Oui. Dans mon esprit, je me disais «d'accord. Ce que je vais faire, c'est que je vais introduire ces gars ici et là et leur faire vivre cette expérience. »Et ils étaient jeunes, 16, 17 ans. Mais c'était la même chose – j'ai eu mon premier match à 15 ans, j'ai donc compris que vous pouviez. Si vous êtes un enfant, je pense, et que quelqu'un vous a aidé et vous a donné un peu de votre première pause, vous ne l'oublierez jamais. "

TJ: «Je me souviens avoir dit aux gars que je rencontrais à ce sujet, et j'ai dit 'si nous utilisons ces enfants de temps en temps – nous n'avons pas besoin de les faire participer à des émissions si vous pensez que cela enlèvera la crédibilité de d'autres choses, c'est cool. Mais, si nous les utilisons sporadiquement, ces gars n'oublieront jamais. Et, vous savez, croyez-le ou non, nous n'avons pas de budget géant, nous avons donc besoin que des gens viennent monter le ring et faire des trucs comme ça. Ces gars-là vont descendre et ils seront dans cette Ogden Legion toute la journée à faire ce que vous voulez qu'ils fassent. Ils mettront en place le ring afin qu'ils puissent monter sur le ring dans la journée et faire venir des représentants. Ils étaient d'accord, avec hésitation, mais ils étaient d'accord et j'avais une idée que c'était peut-être une triple menace avec Michael Richard Blais , qui était Chucky à l'époque, BVD et Plexis. Je pense que c'était comme une triple menace, et j'ai dit «  hé, voici le truc, ça peut durer 30 secondes, ça peut durer quatre minutes, ça n'a pas d'importance, puis Duke (Durrango) et Rik Viktor viennent attaquer ces les enfants et obtenir de la chaleur pour battre, se cogner autour de ces enfants. "C'est ce que je leur ai en quelque sorte vendu, et tout le monde était cool avec ça. Mais ensuite, vous avancez rapidement, comme ça va de l'avant, mais ensuite vous avancez rapidement six, sept mois, le gars le plus sur nos émissions était Chucky. Je n'avais aucune idée de ce dans quoi je m'embarquais, mais je savais que ces gars étaient vraiment bons, et je savais qu'ils voulaient aller encore mieux, et je savais qu'ils le feraient – je les entraînais à l'époque, donc je savais à quel point ces les gars voulaient s’entraîner et je savais à quel point ils étaient sérieux, sérieux et qu’ils l’aimaient. »

Ce qu'il a vu dans Michael Richard Blais et Brandon Van Danielson:

TJ: «C'était quelque chose de drôle, je suis rentré d'Angleterre en 2005 et j'étais à la maison pendant deux semaines. J'étais en Angleterre depuis quatre mois, presque cinq mois, puis j'étais à la maison pendant deux semaines et j'allais au Japon pour la tournée Best of the Super Juniors. J'ai eu environ deux semaines entre les deux, et j'essayais juste de me mettre en forme, et je m'entraînais (avec) mes japonais le matin, puis j'arrivais la nuit, et ces gars-là s'entraînaient. J'étais comme "ok". J'ai dit "hé, les gars. J'ai deux semaines en ce moment, mais quand je reviens du Japon, si vous êtes toujours là – je vous vois tout le temps, et vous les gars… »»

TJ: «Je venais et je faisais des trucs. Je savais qui ils étaient, mais je ne les entraînais pas essentiellement à ce stade. Je verrais quelque chose et dirais «hé, essayez ceci. Hé, essayez comme ça. "Chucky était là depuis un moment, il était là depuis qu'il était enfant. Brandon que je connaissais en ligne ou peu importe, maintenant il a commencé à venir, et Plexis aussi. Ils se sont donc entraînés un peu avec moi pendant ces deux semaines, puis j'ai dit "hé les gars, quand je rentre à la maison, si vous êtes sérieux à ce sujet, entraînons-nous sérieusement." "

TJ: «Je suis rentré du Japon et je me disais« ok les gars, donc c'est ce que je fais avec mon entraîneur japonais. Ça ne va pas être facile, mais je ne le serai pas – vous êtes des enfants, je ne vais pas être très dur avec vous, mais je ne vais pas y aller aussi, donc nous trouverons cet équilibre. «Mec, ces enfants sont venus tous les jours et ils se sont entraînés dur tous les jours. Tout de suite, je me suis dit 'ok, c'est vraiment amusant', et je pense qu'à ce moment-là peut-être, je pense que peut-être nous nous entraînions deux fois par semaine, ou trois fois et nous avons grimpé jusqu'à quatre ou cinq, parce que j'aimais il. Vous avez commencé à voir, comme, ces gars étaient juste, c'étaient ces jeunes éponges qui, tout simplement, ils absorbaient tout. Chaque jour à l'entraînement, ils seraient juste beaucoup mieux, aussi stupides que cela puisse paraître, ils étaient tellement meilleurs chaque jour. J'ai adoré en faire partie. Cela m'a inspiré à continuer de m'améliorer aussi, et pas seulement à stagner. »

Combien il suit la scène de lutte albertaine:

TJ: «Un peu ici et là. Je découvre surtout – je suis en contact avec MRB quotidiennement, donc il me tient au courant de sa fin des choses. Sinon, tu sais, j'ai encore beaucoup d'amis là-bas, évidemment, et je découvre de petites choses ici et là, mais je ne suis pas aussi actif qu'évidemment j'aimerais pouvoir termes de sorte de savoir. "

TJ: «Quand j'ai fait le PWA, quand j'étais à ce spectacle d'anniversaire, c'était vraiment cool. Il y avait beaucoup de gens que je n'avais peut-être pas vus mais que je n'avais pas rencontrés, ou je voulais juste jeter un coup d'œil sur peut-être quelque chose en ligne, donc c'était cool de les rencontrer et de regarder leur travail. C'était cool de mettre un nom sur le visage d'un tas de gens. »

Comment il maximise son impact en tant que formateur sans être physiquement en mesure de jouer à l'intérieur du ring: "

TJ: «Donc, je crois – et évidemment, n'importe qui va probablement avoir de bonnes choses à dire sur lui-même – mais je crois que j'ai un très bon œil pour cela, et un très bon œil pour le jeu de jambes. Surtout quand je suis dans le bon réglage, je peux aider à créer des trucs vraiment très amusants dans les matchs et des trucs vers la fin d'un match. C’est quelque chose que j’aime vraiment faire. C’est ce que je peux faire maintenant en tant que producteur et dans ce rôle. Donc, physiquement, je ne peux pas, je ne peux pas physiquement entrer et vous montrer, mais nous avons assez de gars talentueux, comme – comme, par exemple, si je l'étais, et je prévois d'ouvrir une école à un moment donné, aussi, mais si j'avais une école, et j'avais un gars comme MRB presque comme mon – comme, je voudrais être aussi pratique que possible, mais si j'avais un gars comme MRB comme entraîneur physique, il est si bon en termes de ce qu'il peut faire, en termes de mouvement, il peut tout faire. Donc, je peux facilement vous montrer, à travers lui, exactement ce que je vous dis. Il le comprend, juste (parce que) encore une fois, il est – je parle de lutte avec lui depuis 15 ans maintenant, ce qui est fou. "

Sa formation avec Tokyo Joe:

TJ: «Oh, mec. D'accord, Ross Hart était toujours resté en contact très étroit avec Tokyo Joe. Tokyo Joe luttait à Montréal, et il était censé le faire, il allait – il faisait l'une des petites excursions qu'ils font au Japon, alors il était au Japon, il y luttait, puis il (à gauche) pendant 12 -18 mois à Montréal. Il luttait à Montréal, puis, avant de retourner au Japon, il est venu à Calgary. Il n'était censé être à Calgary que pendant environ deux semaines, mais il y avait – le camion circulaire avait glissé de la route dans une mauvaise tempête de neige, puis Joe était là à regarder le camion et autre chose, et comme la dépanneuse était – une dépanneuse était venue, désolé – une dépanneuse était venue, et alors que la dépanneuse s'apprêtait à remorquer le camion à anneaux et à le sortir de ce fossé, une autre voiture vient glisser de la route et a écrasé Joe entre le ring camion et la voiture. Cela a totalement détruit ses deux jambes; un qu'il a pu garder, mais ils ont dû amputer l'autre. Donc, deux semaines se sont transformées en Joe vivant à Calgary pendant environ 40 ans. »

TJ: «L'œil de ce gars pour la lutte était incroyable, donc Ross (Hart) a toujours gardé un contact étroit avec lui. À un moment, il a été scout pendant longtemps avec New Japan, et Ross l'a amené à un spectacle du Stampede pour le diriger dans ma direction. Joe, qu’il ait vu du potentiel en moi ou pas, je ne sais pas. Je sais qu'il peut être très dur, il peut être très dur et très brutalement honnête, mais peut-être même l'utiliser pour me pousser. Mais, je me souviens qu'il était comme "ahh, tu es trop petit, tu n'as rien de spécial, quelque chose", et j'étais comme "quoi?! Man, no way! "Maintenant, si vous me connaissez, je suis trop compétitif, alors maintenant je me dis" okay, je vais montrer ce gars. "Et alors, Ross a commencé à l'amener au donjon, et puis il a commencé à me former. Je me souviens qu'il m'a fait exploser, faisant tout cet entraînement japonais avec ces squats hindous et ces squats de sumo et tout ça. Ensuite, nous luttions, et il était comme – alors, je pense qu'il a déclaré que finalement, pas finalement, il a commencé à voir comme «d'accord, il y a quelque chose là-bas», mais il devait en quelque sorte approfondir. Mec, il a changé ma vie de toutes les manières, mec. Pas seulement dans la lutte, mais dans la vie. Il a fait de moi une personne beaucoup plus difficile en sachant simplement que vous allez devoir faire face à certaines choses. "

TJ: «C'était drôle, mec. C'était littéralement comme, je pense que c'est Bugs Bunny, c'est comme Bugs Bunny où Bugs Bunny – Je suis désolé, Wile E. Coyote et le chien, ils pointent et le coyote essaie d'attraper le mouton et le chien le bat , puis ils sortent et ils sont à nouveau amis? C'était Joe. C'était Joe. Nous venions le chercher pour l'entraînement le matin, et il serait tellement gentil de sa maison au gymnase. Une fois arrivés au gymnase, il y avait un autre Joe, et c'était un homme génial. Je le dis avec amour. Mais ce Joe, il pouvait être assez méchant, et il était très honnête, et il était très sérieux. Et puis, la deuxième formation était finie, on allait manger, c'était ce mec très gentil. Nous conduisions, le déposions, et je me souviens juste que Dave Swift et moi étions toujours comme un «homme». Les 20 minutes de Joe que nous avons avant l'entraînement et l'heure et demie que nous allions manger avec lui après et le conduire la maison était géniale, mais ces trois heures, quatre heures au milieu, ce gars est dur comme l'enfer. Il faisait littéralement pointage et pointage.

SL: «J'adore la comparaison, mec. «Bonjour, Sam.»

TJ: «Oui, exactement! "Bonjour, Sam", mec, à 100%, je le jure, c'est comme ça. "

Quand il considère que sa formation officielle commence:

TJ: «Non, c'était Ross et Bruce Hart. Ils m'ont vraiment beaucoup appris. Mec, la vérité est que nous avions en quelque sorte les clés du royaume. Ross et Bruce Hart m'ont entraîné, ils sont tous les deux des gars formidables, ils ne m'ont jamais fait payer un sou. Je veux dire, je sais maintenant que je suis vraiment lié à la famille, mais à l'époque, je suis un gamin de 15, 16 ans qui est en quelque sorte là depuis 5 ou 6 ans. Donc, ils m'ont vu, ils me connaissaient comme un gamin, mais je ne leur suis pas apparenté, et ils ne m'ont pas facturé un sou et ils ne l'ont pas fait – ils m'ont beaucoup aidé. Davey nous aiderait beaucoup, je me souviens qu'Owen dirigeait Teddy et moi pendant un match dans le donjon. »

SL: "Wow."

TJ: «Ouais, mec. Littéralement, Bret – il y a eu une période pendant laquelle nous nous entraînions chez Bret presque quotidiennement. Je veux dire, j'ai eu l'aide de tout le monde, mec, mais Ross et Bruce ont été mes premiers vrais entraîneurs pratiques en termes de – donc, nous avons simplement mis en place notre propre petit match, et nous avons eu l'aide de tout le monde. Je me souviens que Davey avait surveillé la situation et je me suis dit «d'accord». Ce n'était qu'un petit match de trois minutes que nous avons fait lors de ces spectacles de rodéo à Rockyford à Rockyford, en Alberta. »

SL: «Vous aimez voir, vous avez même mis ce clip je pense – merde, le temps se mélange à ce stade, mais de vous et Davey dans le donjon quand vous étiez enfants. Juste des trucs comme ça, c'est tellement cool à voir, mec. "

TJ: «Oui, vous voyez, donc ce clip est – comme, Bruce et Ross dirigent cette pratique. C'était, je pense que la date est comme octobre 2000? Donc, je ne rencontrerai pas Joe avant un an et demi. Ou, je l'avais rencontré. Je l'avais vu à Stu’s, mais je ne commence à m'entraîner avec Joe que vers 2002. "

Ses expériences étirées par Stu Hart:

TJ: «Oh, mec. Incroyable. Inimaginable. Oh mon dieu, mec. C'est arrivé – non, ce n'est pas arrivé trop, trop souvent, mais quand c'est arrivé, c'était comme 'ok, ça va être nul', et cela impliquait généralement une équipe de tournage, et donc vous êtes comme 'oh mon dieu , Je me fais tuer sur bande aussi, comme, ça craint. »Mais, c'était aussi un honneur, et même je le savais enfant. J'essaie de penser à quel âge j'avais la première fois que je me suis étiré. J'avais peut-être 15 ou 16 ans la première fois, et il y avait un spécial TSN pour l'émission d'anniversaire de Stu Hart en 1995. »

SL: "C'était son 85ème show ou autre chose, correct?"

TJ: «L'un – j'essaie de me rappeler ce que c'était. Davey contre Bret est l'événement principal. C’est en décembre 1995. C’est là que je m’étire. Donc, je suis un gamin de 15 ans. Je me suis étiré sur certains – ils enregistraient quelque chose juste avant ou juste après, et je me trouvais juste là-bas, comme, parce que nous étions à la maison, puis j'ai été appelé sur le tapis. Je me souviens juste d’être «ok» et d’essayer de ne rien vendre, et ça fait tellement mal, mec. Stu était un maître en matière de lutte de soumission comme ça, et il avait presque cette routine où ce serait comme tout ce qui vient d'être connecté au suivant. Juste au moment où vous pensiez "oh, mec, je ne pense pas que mon épaule puisse en supporter plus", et puis comme, ça s'arrêterait, et alors je serais (dans) une prise qui exerce une pression sur votre cou. Vous étiez simplement soulagé que votre épaule se sente mieux. Oh, mec. C'était génial, cependant. Je souhaite avoir cette connaissance maintenant, comment faire – comme, je veux dire, il était, en 95 homme? Il avait 80 ans! C'était donc son 80e anniversaire. Il avait 80 ans, mec, et il fait ça! C'était fou. Incroyable. Et, jamais dépassé le point! Il a toujours su l'essentiel! C'était fou."

SL: "Un artiste de soumission très respectueux, faute d'un meilleur moyen de le dire."

TJ: «Au moins à 15 ans moi! Je me souviens être descendu pour m'entraîner plus tard, maintenant j'ai l'impression de devenir plus un homme, et je me souviens être descendu pour pratiquer et, même chose, mec, tu es descendu au donjon et tu vois, comme, vous voyez qu'ils ont tout cet éclairage et ce genre de choses dans le donjon, vous êtes comme «attendez, cette pratique est un peu différente de – qu'est-ce qui se passe ici?» Et puis c'est comme «ouais, les gars, alors aujourd'hui, Stu's – ces les gens filment cette chose sur Stu, donc Stu va descendre et étirer tout le monde, 'genre' oh, mec, avec un public maintenant?! '' »

TJ: «Je me souviens que la pratique durait environ quatre heures. Duke (Durrango) aime cette histoire, car il y avait un gars et c'est un de mes amis, Duke a dit qu'il ne le regardait plus jamais. Il a littéralement – ses yeux se sont mis sur écoute, et il s'est enfui.

SL: "Duke m'a dit ça!"

TJ: "Il ne laisserait pas Stu le toucher."

SL: «C'est incroyable, parce que c'est le seul gars de tout le monde avec qui j'ai eu le plaisir de parler qui était dans le Donjon, que ce soit vous-même ou Duke, ou j'ai parlé à Randy Myers il y a quelques semaines, et ils ont tous eu une expérience assez similaire de "ça craint, mais c'est un droit de passage, et un peu un honneur," tu sais?

TJ: «Oh, je veux dire, absolument un honneur, et c'est un droit de passage, et comme, je veux dire, si vous y réfléchissez, au cours d'une journée de 24 heures, si Stu Hart vous a mis dans certaines prises pendant environ 20 minutes dans une journée de 24 heures, ce n'est pas la fin du monde. C'est comme ça! Au cours de ces 20 minutes, on en a envie, mais une fois qu'il a lâché prise, le soulagement est tellement agréable. »

Ses souvenirs de la promotion Matrats:

TJ: «Oh, mec. C'est tellement drôle, je regardais un DVD avec Nattie hier soir de Matrats. "

SL: "Oh, cool!"

TJ: «Ouais, mec. J'adorais Matrats. C'était – donc c'était presque comme, quand j'y repense, c'était presque ce qui deviendra plus tard ma formation MRB et BVD. Je m'entraînais – c'était en fait l'idée de Teddy de former des enfants, en 99. Il avait ce même genre de concept que, comme, «bien, nous avons été formés comme des enfants, donc ce serait bien» – comme, comme un enfant, vous êtes un peu plus intrépide et un peu – il y a un d'une certaine manière que si vous vous entraînez, vous ne vous contentez pas de les jeter là-dedans avec comme un gars de 300 livres et, vous savez, bodyslam un adolescent de 16 ans 50 fois, puis essayez de prendre son argent, un peu ce vieux façon scolaire. "

TJ: «Ouais, mec, Matrats était tellement amusant. Je me souviens de ce type – donc, la même chose, Stampede Wrestling à la télévision, mec, tout a commencé à partir de là. Stampede Wrestling était à la télévision (et) cette nouvelle société était venue filmer les émissions. Je suppose que le gars était venu à un spectacle – il n'était pas vraiment un fan de catch à ce moment-là – et il était comme "ok, j'ai compris l'essentiel", et il part. Maintenant, je pense qu'il (a vu) Ted et moi nous battons au Pavillon. Donc, je sors, Ted sort, et il est comme "qu'est-ce – qui sont ces gars? Ils sont beaucoup plus petits. Qu'est-ce qui se passe? "Il a juste (vu) la façon dont nous nous déplacions et il était comme" oh, wow, c'est intéressant! "Alors, je me souviens – mec, je ne connaissais même pas ces gars, vraiment. Il est venu me voir comme trois mois plus tard à la Légion d’Odgen, il a dit «hé, j’ai cette idée de ce spectacle des Matrats, je vous en parlerai plus tard» et j’étais comme «ok, mec. Et, à son crédit, je suis toujours en contact avec lui, c'est un bon gars, mais quand vous êtes dans la maison Hart depuis, à ce moment-là, c'était 10 ans, 11 ans, quand vous êtes là depuis si longtemps, savez-vous combien de faiseurs de promesses j'ai rencontrés qui n'ont pas donné suite à une seule chose qu'ils ont dite? Allons."

SL: "Dime-une-douzaine à ce stade, hein?"

TJ: «Bien sûr! Je veux dire, je comprends. J'ai compris. Et donc, il est venu et il commence en quelque sorte à nous dire le concept, et la prochaine chose que vous savez, comme, ils ont ce studio génial et nous sommes devenus de très bons amis avec ce gars. Maintenant, nous sommes en mesure de mettre en place notre anneau, cet anneau dans le studio, et maintenant nous sommes en mesure d'exécuter ces pratiques. Nous formons des enfants, maintenant nous pratiquons des entraînements dans ce joli studio qui est – c'est juste nous. Avant, nous sommes au gymnase de BJ, donc nous dérangons un peu les membres pendant certaines périodes, et nous avons un petit rideau et c'est ce que c'est, mais maintenant nous avons un studio complet! C'était génial, mec. Matrats était tellement génial. Nous avons filmé – le premier jour, nous avons filmé deux épisodes pilotes, puis nous avons fait une troisième émission pour Eric Bischoff et Jason Hervey. Ensuite, ils étaient vraiment intéressés, ils voulaient monter à bord, contrairement à la mémoire de Bischoff des Matrats que j'ai entendue sur les podcasts. Mais j'ai une excellente mémoire, donc je veux dire, il n'y a pas de débat là-dessus. J'ai aussi la bande quelque part de lui dans la foule, puis je me souviens qu'il est venu dans les coulisses en disant que c'était le meilleur spectacle qu'il avait vu. Ce n'était pas le meilleur spectacle, mais nous avons eu beaucoup d'action. "

SL: "Mais nous allons le prendre!"

TJ: «Nous venons d'avoir des enfants intrépides, mec. Nous venons d'avoir des enfants intrépides. Ensuite, nous avons organisé ce spectacle au Palace, qui, je ne sais même pas ce que c'est maintenant à Calgary, mais à l'époque, c'était un club. C'était l'émission que je viens de regarder. Donc, nous avons invité – il y avait un tas de sociétés de distribution pour la télévision qui étaient venues à cette émission, ou des représentants qui étaient venus à cette émission. Et, bien sûr, de façon typique, c'était, pour être honnête, probablement – le spectacle n'est pas mauvais, mais c'est probablement notre pire spectacle des Matrats que nous avons fait. Bien sûr"

SL: "Comme vous dites, de façon typique."

TJ: «Ouais. Ensuite, nous en avons couru deux de plus, je suppose que vous diriez illégalement au studio, parce qu'à l'époque, il y avait une commission à Calgary. Nous connaissions la fille, elle s'entraînait au gymnase du père de Ted, donc nous avons juste, nous avons organisé ces deux spectacles, et elle est comme «  hé les gars, euh, si vous en dirigez un troisième, nous devons l'arrêter '', ou quelque chose comme ça . Nous n'avions pas toutes les licences. Nous aurions pu l'obtenir, et nous aurions dû. Je ne sais pas si c'était une question d'argent à l'époque pour nous, (mais) les Matrats, cette entreprise avait coulé tellement d'argent à Matrats, et je ne sais pas si c'est – je n'utilise pas cela comme excuse, je me souviens juste d'avoir parlé au gars le lundi, et il a dit 'ouais, demain nous sommes censés le faire, je suis censé voler et aller rencontrer ces gars en personne, et ça a l'air bien.' était le 10 septembre. Lundi 10 septembre et le lendemain, des trucs vraiment fous se sont produits. »

SL: "Pour dire le moins, et le spectacle n'était rien de là (rires)."

TJ: «Oui. Je ne dis pas que c'est la raison. Peut-être que Matrats n'aurait jamais rien été de toute façon, mais c'est tellement amusant de regarder en arrière, (parce que) vous le regardez en arrière, mec, et évidemment beaucoup de choses sont inspirées de Dynamite et Davey et Bret et Tiger Mask et, vous savez, RVD et Jerry Lynn à ce moment-là. Si vous le regardez en arrière, mec, c'est bien avant, cette première enregistrement a eu lieu en décembre 2000. C'est – Ring of Honor ne vient pas avant 2002, puis ce style commence à prendre de l'ampleur. Mais, mec, nous avions comme – j'essaie de penser, donc je suis très bon ami avec lui, il est marié au cousin de Nattie, Pete. Mec, il a 15 ans ce jour-là. Genre, il a 15 ans. Il a littéralement 15 ans ce jour-là que nous filmons ce pilote, et il a ceci – je n'en ai pas la bande en ce moment, mais, comme il l'a fait à ce moment-là, et je pense toujours que ça tient le coup d'innovation à coup sûr, cet incroyable match à trois menaces à 15 ans, mec. Incroyable. Maintenant, tout d'un coup, nous avions comme cet écran géant et nous avions comme un public rémunéré de comme, des acteurs et des actrices. C'était juste fou, mec. C'était génial. C'était tellement cool. J'avais 20 ans et j'étais époustouflé, je ne pouvais pas imaginer avoir 15 ans.

SL: "Eh bien, et on dirait qu'à 20 ans, vous êtes comme l'une des personnes âgées là-bas."

TJ: «Et c'était la chose. Je pense que la règle – j'essaie de me rappeler quel était le nom, je ne veux pas l'abattre, c'était comme Minudo ou quelque chose comme ça – il y a un groupe au Mexique ou quelque chose comme ça, et il y avait une limite d'âge. Une fois que vous avez atteint un certain âge, vous êtes sorti. C'était presque comme un groupe de garçons ou quelque chose comme ça. C’est du moins ainsi que cela m’a été expliqué. Donc, c'était une sorte de concept de ce type, c'était comme 21 ans et moins. "

SL: «Hein. Très cool."

TJ: "Donc, il ne peut pas y avoir comme un homme de 30 ans qui arrive, un homme grisonnant de 45 ans qui arrive et bat ces enfants. Donc, c'est toujours un peu affiché comme des enfants contre des enfants, dans une certaine mesure évidemment. Un jeune de 20 ans et un jeune de 15 ans, en théorie, devraient être différents, mais quand vous êtes moi et que vous atteignez votre poussée de croissance trop tard dans la vie, il n'y a pas beaucoup de différence de taille. Harry avait 15 ans, j'ai 20 ans, il est bien plus grand que moi! "

SL: "Eh bien, c'est un peu comme le hockey junior dans un sens où, oui, vous allez évidemment avoir un peu de différence physique entre tout le monde, mais c'est aussi proche de la compétition que possible, non?"

TJ: «Ouais. C'était une atmosphère cool, parce que même chose, nous étions tous juste, nous étions tous juste des matrats. Il n'y avait pas de truc politique, et tout le monde venait s'entraîner et travailler dur, et comme – mec, c'était un moment si amusant, mec. C'était vraiment.

Travailler simultanément avec Matrats et Stampede

TJ: «Je faisais les deux, je faisais les deux. Cette fois – donc, c'est en fait très intéressant. Je me souviens que c'était mon idée, je me disais «  hé, nous devrions participer à cette émission '', et nous ne l'avions pas fait – nous luttions de façon sporadique pour les matchs de Stampede Wrestling à cette époque, mais je me souviens que je disais nous devrions monter sur celui-ci ", et le propriétaire était comme" bien, pourquoi? "J'ai dit" bien ", j'ai dit" WWF vient d'acheter WCW. "J'ai dit:" Je sais que Lance Storm est sous contrat avec WWF. "I a dit qu'il était sur cette émission de Stampede Wrestling à venir, donc ça va se sentir un peu gros. Nous devrions parler à Bruce et voir si nous pouvons faire, comme un match Matrats, donc nous sommes presque comme notre propre petit truc. "Le plus drôle, c'est que j'ai déjà lutté contre tous les gars de la liste, mais maintenant nous fais semblant de faire partie de cette histoire d'inclusion. Ils étaient comme "okay, cool." Alors, ils ont parlé à Bruce, et tout va bien, et c'est ce show cool en juin 2001. Et, peut-être une semaine ou deux avant, c'est quand – comme, parce que personne (ne savait) quand le Les gars de la WCW vont faire leurs débuts, ou ce qui se passe. Une semaine ou deux avant ça, à Calgary, Lance fait ses débuts sur RAW et les superkicks Saturn! Donc, comme, voici ce gars à un concert à guichets fermés à Saddledome, donnant un coup de pied à Perry Saturn le lundi soir RAW et s'enfuyant avec Shane McMahon? Eh bien, dans deux ou trois semaines, ce gars lutte à la Légion d'Odgen! "

SL: «Incroyable. Vous ne pourriez pas demander un meilleur timing, hein? "

TJ: "Contre Christopher Daniels, qui, comme, ça sort de Beyond the Mat"

SL: «Homme. Nous pourrions faire, par exemple, 40 podcasts en parlant simplement de lutte à l'époque. »

TJ: «Ouais, oh absolument mec. Facilement."

Gagner le Stampede Wrestling North American Heavyweight Championship au McMahon Stadium:

TJ: «Mec, c'était tellement fou! C'était tellement fou. Donc, l'histoire complète et non-révélatrice de cela était comme, c'était censé être une étiquette ou quelque chose, puis ils ont décidé que c'était moi contre Apocalypse. Ensuite, c'était censé être – pour cette raison – c'était censé être un match sans titre. Ce serait moi qui gagnerais (a) un match sans titre. Eh bien, maintenant, quelque part en cours de route, ils ont annoncé que c'était un match pour le titre, et ils se disaient "oh, nous ne pouvons pas en sortir", et je me disais "bien sûr que vous pouvez, mais d'accord!" ils sont comme –

SL: "Je vais le prendre!"

TJ: "Ils sont comme – ouais – ils sont comme" je ne sais pas, nous ne voulons vraiment pas que vous perdiez. "J'ai dit" oui, je comprends, mais, "j'ai dit," je ne ça ne me dérange pas. "Ils sont comme" non, non, non, comme, vous ne pouvez pas. "" D'accord. "Alors, nous avons compris. Mec, je – encore une fois, à ma connaissance, je crois que ce spectacle, ce match, désolé, avait vendu 25 ou 30 000 billets, quelque chose comme ça pour ce match des Stamps contre Winnipeg. Same thing, man – dude, it’s so funny. I’d just come home from England, and I had a tryout. I knew my tryout was the first week of October. So, I come out. That day, I wake up, and it is a crazy storm outside. Fou. Like, wet snow, yeah, wild man. You can see it on YouTube, it’s like – it’s crazy. I’m slipping all over the ring. I remember they were like ‘hey, you’re going to come out in these jerseys.’ And I was like ‘yo, can I wear these jerseys? This’ll help.’ And they’re like, ‘somebody on our side said no, you have to give them the jersey back.’ I was like ‘oh. Okay.’ Dude, I got a little bit of frostbite on my back. It just was freezing cold out there. It’s – I think like 13,000 people or something (showed) up to the game. That’s how many people didn’t come that already had tickets, because it was just a wild storm, man. It was like a, almost a blizzard in September. It was wild. Which is not uncommon for Alberta, but always that first day that it hits, that first day it hits, everyone pretends they’ve never seen snow before.”

SL: “Oh, 100%. I’m certain that like half of those people were on there, they were just driving five kilometres an hour”

TJ: “Exactly, yes. I’ve done many PWA shows at that speed driving up from Calgary to Edmonton.”

The differences in preparation between working with a long-time faction like the Hart Dynasty versus working with someone like Cesaro for the first time:

TJ: “Man, that is a great question. C'est génial. It is true man, it’s so different. It’s so different. My very first match in July 1995 is teaming with Harry. So, when you fast-forward 15 years, and we win the WWE Tag Team titles together, it’s – obviously, that’s so insanely special, but it’s almost not that foreign. I’ve been wrestling with this guy, either against him or teamed with him, ever since I’d ever been in wrestling.”

SL: “Yeah. Not to bury it, but like, you’ve done it before, y’know?”

TJ: “Yeah. I’ve done so much stuff with him. And, so, it’s funny. I said this on the Bump a couple months ago when they asked me, and I said the difference – a big difference was me. A big difference was me. In 2010, I’m not the performer, I’m not the complete – not that I’m this complete performer, but I’m not as complete a performer in 2010 as I was in 2015. Not even close. So, in 2009, 2010, when I’m first on the main roster and we’re a team? Well, he’d been on the main roster before, but now he’s getting his footing there, like, we’re both kind of finding – and, y’know, along with Nattie as well, we’re both finding our way on the main roster, and we’re doing it together and as a group and collectively. Where, when you fast-forward to 2015, where I’m paired with Cesaro randomly – well, technically December 2014, December 1st we get thrown together on RAW – we’d had a triple-threat match a few weeks prior with Dolph Ziggler. I’d wrestled Cesaro a couple times on some live events, Smackdown, a couple RAW’s I think, NXT, and I had a lot of respect for him, a ton of respect. Not had, have, but I did at that time, too. I think it honestly, it’s on me, and I’m just more of a complete performer myself in 2015 than 2010. But, it just was interesting the chemistry that Cesaro and I had from the beginning.”

If he knew the plan for himself and Cesaro before the partnership ended:

TJ: “No, honestly. If I did, I’d have no problem sharing. I honestly don’t know anything in terms of long-term plans. I know when we lost the titles at Extreme Rules to the New Day in Chicago – which, that’s where I lost my tag titles with Harry as well, so there’s something about that building. No, those are amazing fans, I loved wrestling there, but I apparently can’t hold on to my tag titles there. That day, what I will say, that day I remember Cesaro and I wanted to go meet with Vince, because we just wanted to get a grasp on where everything was going, and a lot of people came out of the meeting and they told us that the idea was we would be, we would kind of be the tag team, like the nucleus in the middle, and everybody would kind of work around us, through us. So, I don’t know. At least in April 2015, May, in that area, that was the plan. Those New Day matches were so much fun. Man, when I was home hurt, watching New Day, like how much – especially in like 2015, 2016, 2017, I was like ‘man, I want to be part of this New Day. I was a part of it. I want to be a part of this so bad.’”

TJ: “There was the one time that we (came) back after the 2-out-of-3 falls match in Extreme Rules in Baltimore, and I thought Vince was maybe gonna get mad at something, because he has a very good eye for this, and sometimes, something – you can do a 30-minute match, but something stuck out in his mind at minute six, and he can’t let it go, and you’re gonna hear about it when you get back. I remember we get back, and I thought the match was very good. He’s like ‘y’know, I’m going to have to start charging you guys!’ And I was like ‘oh, man, are we getting fined for something? What’d I do?’ And then, he was talking to New Day, and he was like ‘you guys are having way too much fun wrestling these guys,’ and points to me and Cesaro. I was like ‘yeah. I’ll take it!’”

SL: “That’s a good problem to have!”

TJ: “Yeah, hell yeah. Je l'ai aimé. I loved every minute of it.”

His feelings on professional wrestling being called fake:

TJ: “I mean – so, predetermined is not some secret. It’s not letting the cat out of the bag, it’s long out. I’m not obviously – I’ve never in a match purposely tried to injure somebody, hurt somebody. I want – my job and my goal is to – there’s many. I want to entertain the audience. I want the people to get their money’s worth. And, I also want to come back, and my opponent (to) come back to guerrilla in the exact same shape we left in. We’re just going to be more blown up, we’re just gonna be tired, and that’s it. In terms of that word, I get it. I get why people use it. I – there’s some ignorance to it, and I get it. Wrestling is not for everybody. So, someone who says that, obviously wrestling is not their thing, that’s fine. I’m a giant UFC fan. Huge. I watch UFC all the time. People get very funny – it’s almost like, which is big right now because of this Last Dance documentary, it’s like Jordan versus LeBron. Just because – if you think one guy’s better than the other, you’re not actually – that doesn’t necessarily mean you’re insulting the other. If I’m a fan of UFC, I can also love wrestling the way I’ve loved wrestling my whole life. You don’t have to pick one or the other, and I think people get defensive and that’s when they start throwing those kind of words around, which is, y’know, it is what it is. I’ve had people say it to me, not meaning it in an insulting way. They just say it like ‘oh, but that stuff’s, like, fake, right?’ And, it’s like -“

SL: ‘Not particularly’

TJ: “But like, it depends, like, yeah – again, I’ve never really tried to piledrive somebody, but at the same time, I have rods and screws in my neck, and they’re really there!”

TJ: “A lot of times, it’s just kind of ignorance, and not always hate. Sometimes, it is trying to be hateful, so that person that’s saying it out of hate, they just – they don’t matter, to be honest. No matter what you say, you’re not gonna change their minds, so it doesn’t matter.”

If seeing Edge return has inspired him to get tested:

TJ: “It’s funny, man, and I know it’s going to keep happening as different guys come back throughout the years. Like, when Bryan (Daniel Bryan) came back, I got a lot of tweets and a lot of messages, and now with Edge, and now I get a lot including both of them. J'ai compris. The difference is I just have a very different injury. If you look at Edge, his neck surgery’s through the front of his neck because, as weird as this sounds – like, this sounds, I almost hate saying it, but like, where his fusions were, that’s almost the – this is the part I hate saying, because it just sounds so dumb, but it’s almost where the normal fusions in wrestling are, between your C5, your C6 and your C7. I have my C1 and C2 fused, which is as high up as it goes. That’s why mine’s in the back of my neck, they didn’t go through the front. But, my surgeon was amazing and he did save a lot of the muscle. And, I know – I get it. People will see, they know, especially I have Workhose Fitness, (a) supplement company that I’ve created. So, I post a lot of workout videos, and you see pictures of me in shape, and I am in physical shape in terms of working out in a gym. (It’s) very different than ring shape. I’m sure I’m in horrible ring shape right now, but I do attack that damn assault bike daily, so maybe I would be alright. But, (it’s) very different between looking good wearing a pair of shorts in my garage and wrestling in a ring. It’s very, very different.”

TJ: “I did, one time, over the past couple years look into maybe doing a little something in a Royal Rumble, just kind of as that, so that could be my last chapter, so the last time you see me is, y’know, this little thing, and it didn’t work out. I did look into – I did get looked at, and things are good, but things are not at that level in terms of my neck, and y’know what? I’m at peace with everything. I haven’t wrestled in five years almost. June 1st, 2015 was my last match, and I’m at peace with it. I love what I do now, and being a part of working with the talent. Right now, at the moment, I’m working with a lot of the women and it’s very, very cool because they’re on a curve, and they’re almost playing catch-up. Like, I was explaining this the other day, and I’m sorry this is such a long answer.”

SL: “Don’t worry man, I told you, there’s no time limit! (laughs).”

TJ: “That’s awesome. I was explaining this the other day. So, Money in the Bank this Sunday is going to be the fourth women’s Money in the Bank, and that’s (because) they did two that first year. They did one, and then one two weeks later. So, this is going to be the fourth woman’s Money in the Bank match. How many have the guys had? Twenty? There (were) pay-per-views before where we’d do two in a night, two guys ones. So, how many women Hell in a Cell matches have there been? Charlotte and Sasha and Becky and Sasha?”

SL: “Just the two or three at most.”

TJ: “And how many men’s Hell in a Cell matches have there been? Know what I’m saying? There’s been, like, three women’s Royal Rumbles. There’s been thirty guys’ Royal Rumble’s! So, like, we’re playing catch-up, and I love – right now, I work with the women a lot, and I love it. I absolutely love it, because they’re so good. They’re so good, and they’re so hungry, and they – they remind me of a better version of me in like 2011. In 2011, I had a big chip on my shoulder, and I felt like I had a lot to prove every time I went out there. It led to good performances, but sometimes backstage, I could be – not to the talent, but just in general – I could be angry. I always will make jokes about 2011 Tyson, but he’s long gone. But, that chip on the shoulder, and that (mentality) performance-wise? All of the women right now have that, and it’s like, I love being a part of it. I get so much joy out of watching them, and being a part of that process, that like – I know there’s maybe at least one fan out there that will be sad, but I don’t have that need at this stage to get back in the ring, and I don’t think that I will. I had a 20-year-career.”

TJ: “Dude, there are a million what-ifs. Right after I got hurt – I say this to the both of them all the time – right after I got hurt, Gable and Jordan, they started coming up, and I was like ‘oh my god, we’ve got the same dynamic, like me and Cesaro, a bigger guy and then the littler guy.’ Like, man, I would love to wrestle Roman Reigns. I would love to wrestle Gable, or Shorty G, I would love to. I’ve wrestled Seth (Rollins) before, not on TV, but I’d love to wrestle Seth, or Dolph (Ziggler) again, anyone that I had wrestled before, I’d love to wrestle these guys. I’d love to wrestle these other guys for the first time ever, like a Gable. Believe me, I sit and think about it, but it’s just, unfortunately – I also am realistic, and I’m not – it doesn’t eat at me, and I’m okay with it.”


Source